Le couscous s'invite au patrimoine immatériel de l'Unesco

Le couscous, plat coloré et savoureux qui sert de porte-étendard à la gastronomie du Maghreb, vient de faire son entrée au patrimoine immatériel de l'Unesco, pour sa recette mais aussi pour les symboles qu'il véhicule.

Le 16 décembre 2020, le couscous a fait son entrée au patrimoine immatériel de l'Unesco, à la suite de la candidature commune de plusieurs pays qui en revendique la paternité : le Maroc, la Tunisie, l'Algérie et la Mauritanie. Ils ont présenté ensemble un dossier intitulé Savoirs, savoir-faire et pratiques liés à la production et à la consommation du couscous, qui a su convaincre les observateurs de l'Unesco.

Au cours de la cérémonie officielle diffusée sur Internet, les représentants des quatre pays ont fait part de leur fierté et de leur joie de voir ce plat ancestral enfin accéder au statut qu'il mérite. Certains voient même dans cette réussite partagée un signe positif pour la formation d'un grand Maghreb, toujours minée par des querelles de voisinages.

En Algérie, on dit qu'il y a autant de recettes de couscous que de familles, et que la préparation de ce plat se fait au gré des envies de chacun. Avec plus ou moins d'épices, de la viande ou du poisson, des légumes et une base de semoule, le couscous est le plat populaire par excellence au Maghreb et il reste l'icône la plus fameuse de la cuisine orientale.

Ce plat porte des valeurs de partage, d'unité et de savoir-vivre ensemble, et il est présent dans les moments heureux comme dans les heures les plus funestes de la vie. L'Unesco a décidé de ne partager aucune recette, afin de ne pas raviver les querelles gastronomiques (et politiques) entre les pays porteurs du dossier, mais l'organisation salue "la dimension universelle" du couscous et son aura qui dépasse le cadre des classes sociales.

L'origine du couscous est inconnue, mais on sait que ce plat est consommé dans la région depuis des temps immémoriaux. On le trouve d'ailleurs sous diverses appellations selon le pays ou les zones où on le déguste, avec notamment l'utilisation de Seksu, Kuseksi ou Kseksu, des termes berbères dont découle son nom actuel.

Ce succulent mets rejoint donc la pizza napolitaine dans la liste des merveilles culinaires qui sont désormais plus que de simples plats !

Publié le 21/12/2020

Nos bonnes adresses dans ce style de cuisine

LE SACRÉ RESTO

4, rue Lamarck
75018 Paris

CHEZ LÉON

30, rue du Faubourg-Montmartre
75009 Paris

L'OURIKA

25/29 rue de Verdun
92150 Suresnes

L'ETOILE DE TAROUDAN

15, rue Héliopolis
75017 Paris

Autour du même thème