Antipub détecté

Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Priez et vous paierez moins cher

Priez et vous paierez moins cher

Êtes-vous plutôt athée, agnostique ou fervent croyant ? Non pas que la rédaction soit devenue spécialement inquisitrice, mais nous avons dégoté un restaurant assez particulier où vous pouvez avoir une remise de 15% sur votre note si vous dîtes le bénédicité avant de manger.

Du haut de ses 60 ans, la bonne Mme Mary Haglung est l’heureuse propriétaire du "Mary’s Gourmet Diner", un restaurant de la Caroline du Nord, dans la ville de Winston-Salem plus précisément. Depuis l’ouverture du restaurant, elle y a instauré une remise assez spéciale, ce qu’elle appelle le "Praying in public" (en langue de Molière, "Prière en public"). Son principe est assez simple : vous pouvez profiter d'une réduction de 15% sur votre addition si vous faites une prière avant d’entamer votre repas. Du propre aveu de Mary cependant, l’attribution de la remise ne se fait pas systématiquement pour ne pas heurter la sensibilité de certains clients.

Après 4 années d’existence, le concept (si on peut parler de concept) vient seulement de faire parler de lui après qu’une cliente agréablement surprise a posté l’information sur Facebook. De là à ce que ça fasse le buzz, il n’y avait qu’un pas : la photo de l’addition a reçu 7 400 "j’aime" sur le réseau social.

Mary Haglung, fille de pasteur, n’est pourtant pas une personne spécialement fervente. Elle explique son initiative par le simple fait qu’elle apprécie simplement que l’on exprime sa gratitude pour le repas que l’on va prendre. "Ce n’est pas une question de religion", assure-t-elle avant de poursuivre, "c’est une question de spiritualité".

Publié le 14/09/2014

Autour du même thème