Antipub détecté

Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

USA : un resto lance les dîners silencieux

USA : un resto lance les dîners silencieuxPhoto: Amanda Silvana Coen / Inhabitat

Ambiance monacale certains soirs chez Eat, un restaurant new-yorkais. Dans ce petit établissement de 25 couverts, situé à Brooklyn, le silence est imposé un soir par semaine.

Son jeune gérant, Nicholas Nauman, souhaite ainsi offrir à ses clients une expérience rare, voire impossible, dans une ville comme New-York, au tumulte permanent. Il explique vouloir offrir "la possibilité d'apprécier la nourriture avec une attention toute particulière".

Du coup, ce qui n'était qu'une initiative mensuelle est devenue une habitude hebdomadaire, un rendez-vous pour de nombreux fans du silence. Il faut même réserver sa place plusieurs jours à l'avance. Tous les dimanches, dès 19h30, la parole est bannie, la discussion est interdite, les bavardages non tolérés. Les contrevenants s'exposent à finir leur assiette dehors, sur un banc.

Pour compléter la liste des interdictions, et aller ainsi au bout du concept, l'usage du téléphone portable est proscrit : tous les appareils doivent être éteints au moment du service. Seul le maître des lieux peut briser le silence, lorsque le dîner est terminé, généralement sous les ovations des clients.

Car pour 40 dollars (plus le service), la clientèle semble ravie de l'expérience. D'autant que le plaisir est aussi dans l'assiette, avec un menu unique à 4 plats, composé de recettes végétariennes, à base de produits locaux et bio. L'ambiance est zen, détendue, apaisée. Preuve que dans une ville comme New-York, le silence a un prix.

Publié le 06/11/2013

Autour du même thème