Marie-Claire s'incruste au resto

Marie-Claire s

C'est une histoire assez édifiante rapportée par plusieurs sites internet : le patron du journal Marie-Claire aurait fait pression sur un restaurateur pour dîner à l’œil en échange d'un article.

C'est le blog du critique gastronomique Bruno Verjus qui a relayé cette navrante anecdote, relayée par le site "Arrêt sur Images". Le restaurateur, Pierre Jancou du bistro Vivant à Paris, aurait été très choqué par cette mésaventure.

Tout commence lorsque le jeune patron reçoit un email de la direction de Marie-Claire lui indiquant que son établissement apparaît dans la sélection du directeur général. Le message demande ensuite s'il est possible d'inviter le-dit directeur pour un dîner accompagné. Stupéfait, le restaurateur refuse en qualifiant la démarche de "louche et frauduleuse".

La réaction ne se fait pas attendre. Jean-Paul Lubot, directeur du groupe Marie-Claire, répond que la démarche est classique avant d'annoncer qu'il retire le restaurant de sa sélection. S'ensuit un échange de mails qui s'enveniment : Jean-Paul Lubot affirme que Bruno Verjus est le seul à réagir de la sorte et que cela témoigne de "sa pingrerie bien connue dans le milieu".

On ne peut que rester perplexe devant une telle attitude : qui est donc le plus radin ? Celui qui refuse d'offrir un repas à un journaliste en échange d'un papier complaisant ou celui qui réclame de manger gratuitement au resto pour sortir un article ?

Quoi qu'en dise Monsieur Lubot, de telles pratiques sont tout à fait contraires aux principes d'une critique gastronomique, indépendante et impartiale, où l'anonymat est de rigueur et où les avis éclairés d'un chroniqueur culinaire ne font pas bon ménage avec les petits arrangements entre amis.

Publié le 29/10/2012

Autour du même thème